Addict au sucre!

De nombreuses études d’intervention ont mis en évidence une réelle difficulté à décrocher, une accoutumance, un mal être lié au sevrage du sucre.

Les produits sucrés activent «  le système de récompense » dans le cerveau et stimulent notre production de dopamine, hormone du plaisir et d’émotion forte. C’est pourquoi quand on n’a pas le moral, on ressent le besoin de se faire plaisir alors le plus accessible et le moins honéreux est de manger du sucre.

Les produits sucrés sont consommés en masse et n’ont souvent aucun rapport avec la faim. Ils représentent la solution la plus simple, la moins chère, la plus « à portée de main » pour se faire plaisir et ressentir de l’apaisement.

Se débarrasser du sucre est très difficile car c’est une drogue mais aussi parce qu’elle est considéré comme innocente  puisqu’elle est légale et vendue partout. Il faudrait remplacer ce plaisir par un autre plaisir (un hobby par exemple). Ce n’est qu’une addiction comme une autre.

Le sucre produit aussi de la sérotonine, l’hormone de l’apaisement et anti-stress fabriquée par le cerveau. C’est pourquoi quand nous sommes contrariés ou stressés, notre réflexe est d’aller vers le sucre. (Gâteaux, chocolats, glaces…)

Tout le monde n’est pas accro au sucre, il y a des personnes qui peuvent se passer systématiquement de desserts et de grignotage de sucre. Ces personnes ont réussi à cohabiter avec le sucre sans tomber sous le charme et sans que le sucre ne prenne une place trop importante dans l’alimentation.

D’autres personnes ont génétiquement, une anomalie liée à la sérotonine. Pour réguler ce neurotransmetteur et produire de l’apaisement, elles auront tendances à avoir des pulsions alimentaires sucrées. Ces personnes sont souvent aussi celles qui auront plus tendance que la moyenne à boire de l’alcool, fumer, et à se lancer à corps perdu dans des activités (sport, bricolage…) sous forme excessive.

Les méfaits du sucre :

Manger trop de produits sucrés augmente la production de sébum, ce qui favorise les problèmes de peau donc l’acné.

Qui dit sucre dit caries qui sont formées par des bactéries, qui, en se nourrissant de sucre, produisent l’acidité dans notre bouche. C’est cette acidité qui attaque notre bouche.

Un excès de sucre perturbe le fonctionnement cérébral et accélère le vieillissement. Le sucre rend apathique, mou. Les fluctuations de glucose induisent à court terme  des troubles de l’humeur, de la mémoire et de l’apprentissage. A long terme, elles favorisent les problèmes de circulation sanguine au niveau du cerveau, les lésions artérielles, la démence (comme la maladie d’Alzheimer).

Une alimentation trop sucrée va influencer l’humeur. Le sucre va provoquer une hyperglycémie, on baigne alors dans la joie et l’euphorie mais rapidement sous l’action de l’insuline, le taux de sucre sanguin baisse, menant à l’hypoglycémie dont à une humeur désagréable.

L’excès de sucre poussent au diabète de type 2, les aliments sucrés forcent l’organisme à produire de l’insuline (hormone qui aident à se débarrasser du sucre). Le pancréas se charge de la fabrication précieuse de cette hormone. A force des excès le pancréas se fatigue, il produit moins d’insuline et entraîne un diabète.

Les aliments sucrés augmentent l’appétit, le nombre de calories, favorisent le stockage des graisses et empêchent leur élimination.

Les aliments peu sucrés et à index glycémique bas, comme le poisson, la viande, les noix, les légumes, les fruits calent pendant longtemps, freinent les risques de grignotage, s’opposent  au stockage des graisses et favorisent leur élimination.

Après un repas ou une collation sucrée, à index glycémique élevée, le taux de sucre dans le sang augmente brusquement pour redescendre tout aussi brutalement. Ces « montagnes russes » entraînent des fringales et forcent à grignoter en permanence. Et pour couronner le tout incitent à manger davantage pendant les repas.

L’excès de sucre va favoriser les problèmes liés au cœur (cholestérol, triglycérides, maladies cardiaques, infarctus, hypertension).

Les produits sucrés favorisent l’apparition de myopie, et les aliments raffinés supprimeraient les éléments protecteurs (lutéine et zéaxanthine) qui sont des nutriments essentiels pour la santé de l’œil.

Enfin, le sucre va agir sur l’immunité, le risque de cancer, les problèmes liés au foie et accélère le vieillissement.

 

Les sucres à éviter

Le sucre blanc est surtout à bannir ! Le sucre roux ou de canne est souvent un sucre raffiné qui est recoloré donc il n’est pas intéressant. Les produits sans sucres édulcorés ne sont pas conseillés.

Les alternatives aux sucres qui peuvent être utilisés (attention à ne pas en abuser pour autant) sont le sirop d’agave, le sirop d’érable et  le miel.

Le sucre intégral ou complet : Rapadura ou Muscovado sont des sucres non raffinés et riches en minéraux. Il en faut très peu pour obtenir un pouvoir sucrant. Vous pouvez en utiliser mais l’idéal serait tout de même d’éviter le sucre.

Se désintoxifier du sucre :

Privilégier les céréales (complètes) au petit déjeuner pour assurer un apport qualitatif d’énergie à l’organisme sur toute la matinée.

Privilégierg les bananes, les abricots secs, le chocolat noir (plus de 70%) et les boissons végétales tel que le lait d’amande, d’avoine, de riz, de coco…

Boire tiède, le plus souvent des infusions à base de plantes ayurvédiques (les infusions de la marque yogi tea par exemple), elles vont vous réchauffer, apporter de la douceur et réconfort. Evidemment pas de sodas, de boissons sucrés et compagnie. Place aux eaux détox et smoothie maison.

En collation vous pouvez manger une poignée d’oléagineux (amandes, noix, noisettes…).

Assurez-vous de dormir au moins 8h par nuit, le manque de sommeil augmente les fringales, et conduit à se diriger vers des aliments davantage sucrés.

Lorsque vous êtes stressés, pratiquer la respiration abdominale.

Détox de Printemps: Un allié pour votre forme

Une détoxification profonde de l’organisme au moment des changements de saison est souhaitable. Elle permet de régénérer le corps, et d’évacuer les toxines. Un organisme chargé de déchets accumulés peut produire de nombreux symptômes:

épuisement, constipation, problèmes de digestion, prise de poids, flatulences, ballonnements, irritabilité, voir la  dépression…

Les organes émonctoires (peau, poumons, foie, rein, intestins) ont pour fonction d’évacuer les toxines. Ces organes sont sollicités en permanence (mauvaise habitude alimentaire, antibiotique, stress, métaux lourds, ondes…). Les émonctoires sont moins efficaces et à défaut les déchets sont stockés et engorgent nos tissus.

Une détoxification alimentaire facilite la tâche de ce « grand nettoyage de printemps », ainsi l’organisme se draîne et les émonctoires sont nettoyés. Pour se mettre en phase avec la saison du printemps notre organisme a besoin de s’alléger à la sortie de l’hiver. Le risque de passer à côté de ce processus naturel de détox est une accumulation de kilos et l’apparition de syndrome métabolique (Ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébrale.)

Le renouvellement de la plupart de nos cellules dure 42 jours, c’est pourquoi je vous propose de faire cet effort pendant au moins 42 jours. En principe, même après vous devriez continuer à garder ses bonnes habitudes alimentaires : votre corps et votre esprit vous remercieront d’adopter une alimentation saine !

Dans un premier temps, je vous propose de faire un nettoyage en profondeur en utilisant la technique de la monodiète. L’organisme va puiser dans les réserves et taper dans les déchets et toxines ce qui va permettre de régénérer les tissus et les organes. De plus, la digestion est l’une des activités la plus puissante pour l’organisme, en réduisant le bol alimentaire, on s’économise et on est moins fatigué que l’on ne pense.

Vous pouvez commencer par des demi-journées (le soir vous ne consommez que l’aliment choisi pour pratiquer la monodiète). Si vous sentez que vous avez la force, vous modifiez votre petit déjeuner avec l’aliment choisi. En revanche si vous choisissez ce mode, il faut conserver un repas de midi normal. Au printemps : les petits légumes frais sont consommés seuls, cela peut être la carotte, les asperges, le cèleri, le pissenlit. Ces dernières sont des plantes dépuratives et aident l’organisme à se tonifier.

Le mieux est de consommer ses légumes frais et issue de l’agriculture biologique. Pratiquez pendant 7 à 10 jours un repas quotidien monodiète (le soir de préférence).

Vous pouvez aussi aider l’organisme à se purifier en buvant avant chaque repas principaux un jus de plante tel que le bouleau, prêle, plantain ou l’ortie bio.

Je vous recommande de commencer le printemps avec une cure de jus de bouleau durant 3 semaines en Mars, il nettoie les articulations, soutient l’immunité, et facilite l’élimination des déchets dans l’organisme. Au bout de trois semaines, votre teint sera lumineux et votre silhouette sera affinée.

Vous pouvez compléter votre cure avec du jus de citron, ces bénéfices sont multiples et vont renforcer l’action du jus de bouleau. En pratique prenez un citron biologique, coupez le en deux et dans une casserole d’eau faite le bouillir 3 minutes.

Ecraser le citron, filtrez et buvez durant toute la journée La cure se déroule sur vingt jours.

Le premier jour boire le jus d’un citron, le second jour boire le jus de deux citrons et ainsi de suite 3 ème jour boire le jus de trois citrons. Au bout de 1O jours prendre le jus de 10 citrons. Ensuite commencer à diminuer le 11 ème jour 9 citrons le 15 ème jour prendre 5 citrons puis 20 ème jour 1 citron.

Dans un deuxième temps pendant 42 jours, vous éviterez  de consommer du sucre, des graisses animales (beurre, huile, viandes, charcuterie), de l’alcool et du tabac.

Au petit déjeuner : favoriser des greens smoothie et des porridges.

Les porridges d’avoine est un excellent soutient de le thyroïde. Lors du changement de saisons, il y a des variations de température importante, la thyroïde est mise à rude épreuve car c’est elle qui règle en permanence le thermostat intérieur.

Quand le printemps arrive, la thyroïde doit aussi mener de front le déstockage des surplus de l’organisme. Face au stress permanent dans lequel on vit, cette glande peut s’emballer et peut engendrer des troubles tels que l’hyperthyroïdie puis par la suite entrainer une hypothyroïdie passagère. C’est pourquoi il est important de freiner son quotidien mais aussi de prendre soin de sa thyroïde.

En complément des porridges, vous pouvez aussi boire du jus de cassis, faire une cure de vitamine C acérola ou de ginseng. Enfin profiter des premiers rayons de soleil pour refaire votre stock de vitamine D.

Au déjeuner et diner : favoriser le céleri et l’artichaut (connu pour ses vertus purifiantes et détoxifiante) cela peut être sous forme de purée, de soupes, de salade, de jus ou à la vapeur.

Favoriser tous les légumes verts, les carottes crues, les épinards, les lentilles, les pois chiches, les céréales sous forme complète, les tisanes et boire beaucoup d’eau.

Pour aider notre estomac à récupérer, faites une cure de charbon végétal activé pendant 15 jours. Le charbon capte les toxines libérées et améliore la digestion.

Une grande partie des toxines est libérée par les reins c’est pourquoi il est important de boire au moins 1,5L d’eau par jour, les boissons détox sont aussi d’une bonne aide.

Enfin pour ce qui concerne le foie, une cure de trois semaines de gélules de radis noir ou d’artichaut peut être envisagée mais vous pouvez aussi optez pour des aliments riches en fibres et pauvres en graisse tel que le pissenlit, le radis rose, le radis noir, enfin vous pouvez boire des tisanes de chrysanthellum (3 tasses par jour pendant trois semaines)

L’axe génital du corps et les surrénales augmentent ses activités, le printemps est une période de reproduction, de construction et de restauration. Leur stimulation peuvent déclencher des inflammations au niveau du bas du dos pour soutenir l’axe génital, faites des cures de gingembre pour les femmes et boire des tisanes de sauge enfin pour les hommes faites une cure de ginseng.

Sources : Se soigner au naturel de Jean-Christophe Charrié et Marie Laure de Clermont Tonerre éditions Prat 2012