Le gingembre

Le gingembre est originaire d’Asie. C’est une petite plante de la famille des Zingibéracées pouvant atteindre jusqu’à 1,50. Ces feuilles sont en forme de lance.Le rhizome est la partie consommée. Sa chair est jaune pâle, juteuse et parfumée. Elle devient de plus en plus fibreuse avec l’âge. Les rhizomes récoltés sont valables 2 à 3 mois.

Le gingembre fut l’une des premières épices orientales commercialisée dans le bassin méditerranéen.

C’est une épice très employée en cuisine :

-En Inde dans les plats de curry, il entre dans la composition du thaï

Au Japon, elle est utilisée pour rafraîchir le palais entre les bouchées de sushis

En Chine pour couvrir les odeurs et saveurs fortes comme celle des fruits de mer

L’huile essentielle de gingembre est appréciée en aromathérapie pour ses propriétés digestives, plus particulièrement pour les digestions lentes ou sujettes à la constipation.

Le gingembre a des propriétés stimulantes et toniques qui contribuent à mieux résister à la fatigue.

L’OMS reconnait cliniquement justifié l’usage du gingembre dans la prévention des nausées et des vomissements dû au mal des transports, ainsi que ceux liés à une intervention chirurgicale ou à la grossesse.

Elle reconnaît comme traditionnel son usage dans le traitement des troubles digestifs, de rhume et de grippe, de perte d’appétit, comme anti inflammatoire dans les migraines mais aussi contre les douleurs musculaires ou articulaires.

Le gingembre possède des propriétés anti oxydantes remarquables. Les antioxydants luttent dans le développement des maladies cardio-vasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

En cuisine et médecine ayurvédique ce rhizome est fréquemment utilisé, on le retrouve par exemple dans ce mélange:

Le TRIKATU (ou trois piquants) est une formulation ayurvédique pour les personnes ayant un feu digestif faible, il améliore le transit intestinal et réduit les brûlures d’estomac.

Il est conseillé pour les personnes de tempérament Kapha en revanche les personnes de constitutions Vata ou Pitta devront éviter.

Elle associe à part égale le gingembre, le poivre noir et le poivre long.

Le thé thaï est composé de thé noir, de poivre noir, bâton de cannelle, clou de girofle, de gingembre, cardamone et de lait. Cette boisson est considérée comme sattvique (qui apporte la joie et l’harmonie).

Plus généralement le gingembre doit être consommé frais pour les personnes de constitution Vata et Pitta car sa forme fraîche est moins piquante et moins assechante. Les personnes de constitution Kapha peuvent utiliser les deux formes.

Il sera un véritable allié pour les personnes ayant un déséquilibre de type Vata tels que les crampes abdominales, gaz et l’arthrite. L’action du gingembre est bon pour les affections Kapha tel que la toux, les rhumes, les vomissements et les nausées…

On peut aussi utiliser le gingembre sous forme d’infusion froide (entre 0,5 et 1cm) ou dans vos détox water (son action chauffante dilate les canaux et liquéfie les toxines pour une meilleure élimination), elle peut être associée à d’autres plantes douces ou rafraichissantes pour équilibrer son effet chauffant (menthe douce, fenouil, lavande, pétale de rose, pissenlit…).

Sources : Ayurvédic Garden de Raphael Titina / Ayurvéda France.org

 

Détox de Printemps: Un allié pour votre forme

Une détoxification profonde de l’organisme au moment des changements de saison est souhaitable. Elle permet de régénérer le corps, et d’évacuer les toxines. Un organisme chargé de déchets accumulés peut produire de nombreux symptômes:

épuisement, constipation, problèmes de digestion, prise de poids, flatulences, ballonnements, irritabilité, voir la  dépression…

Les organes émonctoires (peau, poumons, foie, rein, intestins) ont pour fonction d’évacuer les toxines. Ces organes sont sollicités en permanence (mauvaise habitude alimentaire, antibiotique, stress, métaux lourds, ondes…). Les émonctoires sont moins efficaces et à défaut les déchets sont stockés et engorgent nos tissus.

Une détoxification alimentaire facilite la tâche de ce « grand nettoyage de printemps », ainsi l’organisme se draîne et les émonctoires sont nettoyés. Pour se mettre en phase avec la saison du printemps notre organisme a besoin de s’alléger à la sortie de l’hiver. Le risque de passer à côté de ce processus naturel de détox est une accumulation de kilos et l’apparition de syndrome métabolique (Ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébrale.)

Le renouvellement de la plupart de nos cellules dure 42 jours, c’est pourquoi je vous propose de faire cet effort pendant au moins 42 jours. En principe, même après vous devriez continuer à garder ses bonnes habitudes alimentaires : votre corps et votre esprit vous remercieront d’adopter une alimentation saine !

Dans un premier temps, je vous propose de faire un nettoyage en profondeur en utilisant la technique de la monodiète. L’organisme va puiser dans les réserves et taper dans les déchets et toxines ce qui va permettre de régénérer les tissus et les organes. De plus, la digestion est l’une des activités la plus puissante pour l’organisme, en réduisant le bol alimentaire, on s’économise et on est moins fatigué que l’on ne pense.

Vous pouvez commencer par des demi-journées (le soir vous ne consommez que l’aliment choisi pour pratiquer la monodiète). Si vous sentez que vous avez la force, vous modifiez votre petit déjeuner avec l’aliment choisi. En revanche si vous choisissez ce mode, il faut conserver un repas de midi normal. Au printemps : les petits légumes frais sont consommés seuls, cela peut être la carotte, les asperges, le cèleri, le pissenlit. Ces dernières sont des plantes dépuratives et aident l’organisme à se tonifier.

Le mieux est de consommer ses légumes frais et issue de l’agriculture biologique. Pratiquez pendant 7 à 10 jours un repas quotidien monodiète (le soir de préférence).

Vous pouvez aussi aider l’organisme à se purifier en buvant avant chaque repas principaux un jus de plante tel que le bouleau, prêle, plantain ou l’ortie bio.

Je vous recommande de commencer le printemps avec une cure de jus de bouleau durant 3 semaines en Mars, il nettoie les articulations, soutient l’immunité, et facilite l’élimination des déchets dans l’organisme. Au bout de trois semaines, votre teint sera lumineux et votre silhouette sera affinée.

Vous pouvez compléter votre cure avec du jus de citron, ces bénéfices sont multiples et vont renforcer l’action du jus de bouleau. En pratique prenez un citron biologique, coupez le en deux et dans une casserole d’eau faite le bouillir 3 minutes.

Ecraser le citron, filtrez et buvez durant toute la journée La cure se déroule sur vingt jours.

Le premier jour boire le jus d’un citron, le second jour boire le jus de deux citrons et ainsi de suite 3 ème jour boire le jus de trois citrons. Au bout de 1O jours prendre le jus de 10 citrons. Ensuite commencer à diminuer le 11 ème jour 9 citrons le 15 ème jour prendre 5 citrons puis 20 ème jour 1 citron.

Dans un deuxième temps pendant 42 jours, vous éviterez  de consommer du sucre, des graisses animales (beurre, huile, viandes, charcuterie), de l’alcool et du tabac.

Au petit déjeuner : favoriser des greens smoothie et des porridges.

Les porridges d’avoine est un excellent soutient de le thyroïde. Lors du changement de saisons, il y a des variations de température importante, la thyroïde est mise à rude épreuve car c’est elle qui règle en permanence le thermostat intérieur.

Quand le printemps arrive, la thyroïde doit aussi mener de front le déstockage des surplus de l’organisme. Face au stress permanent dans lequel on vit, cette glande peut s’emballer et peut engendrer des troubles tels que l’hyperthyroïdie puis par la suite entrainer une hypothyroïdie passagère. C’est pourquoi il est important de freiner son quotidien mais aussi de prendre soin de sa thyroïde.

En complément des porridges, vous pouvez aussi boire du jus de cassis, faire une cure de vitamine C acérola ou de ginseng. Enfin profiter des premiers rayons de soleil pour refaire votre stock de vitamine D.

Au déjeuner et diner : favoriser le céleri et l’artichaut (connu pour ses vertus purifiantes et détoxifiante) cela peut être sous forme de purée, de soupes, de salade, de jus ou à la vapeur.

Favoriser tous les légumes verts, les carottes crues, les épinards, les lentilles, les pois chiches, les céréales sous forme complète, les tisanes et boire beaucoup d’eau.

Pour aider notre estomac à récupérer, faites une cure de charbon végétal activé pendant 15 jours. Le charbon capte les toxines libérées et améliore la digestion.

Une grande partie des toxines est libérée par les reins c’est pourquoi il est important de boire au moins 1,5L d’eau par jour, les boissons détox sont aussi d’une bonne aide.

Enfin pour ce qui concerne le foie, une cure de trois semaines de gélules de radis noir ou d’artichaut peut être envisagée mais vous pouvez aussi optez pour des aliments riches en fibres et pauvres en graisse tel que le pissenlit, le radis rose, le radis noir, enfin vous pouvez boire des tisanes de chrysanthellum (3 tasses par jour pendant trois semaines)

L’axe génital du corps et les surrénales augmentent ses activités, le printemps est une période de reproduction, de construction et de restauration. Leur stimulation peuvent déclencher des inflammations au niveau du bas du dos pour soutenir l’axe génital, faites des cures de gingembre pour les femmes et boire des tisanes de sauge enfin pour les hommes faites une cure de ginseng.

Sources : Se soigner au naturel de Jean-Christophe Charrié et Marie Laure de Clermont Tonerre éditions Prat 2012

 

Le Kitchary: le plat des yogis

Le kitchari est le plat emblématique de l’Inde. C’est la base de la cuisine indienne, ce plat est composé de céréales (riz), de légumineuses (Dahl), d’épices, de légumes et de ghee.

En ayurvéda, ce plat est souvent utilisé pour aider à la détoxification.On le retrouve régulièrement lors des repas des cures de purification « Panchakarma » et il peut être prescrit pendant un traitement ou être utilisé en convalescence après une cure. Le kitchari convient à tout le monde puisque c’est un plat respectant l’équilibre des doshas. Il peut être aussi intéressant pour apaiser ou accroître des doshas et il suffit de changer d’épices ou de légumes pour en modifier la constitution. Par exemple si vous avez un excès de Pita, il faudra utiliser des épices douces telles que le curcuma, le cumin, le fenouil etc…

Ce plat est riche en protéines et complet.Il apporte les dix acides aminés essentiels pour le bon fonctionnement de notre organisme. Son apport glucidique nourrit sans surcharger notre organisme. Il est idéal pour les végans, on peut varier les légumes en fonction des saisons et mettre les épices que l’on veut. Le kitchari peut se décliner à l’infini!

Ingrédients pour une personne :

150 gr de riz (semi complet si possible)

150 gr de légumineuses (lentilles vertes/bélugas, haricots blancs/rouges, pois cassés, pois chiches etc…

  • Pensez à faire tremper vos légumineuses la veille
  • Si vous n’avez pas le temps privilégier les lentilles corail car c’est la plus digeste et la plus rapide à cuire

Des légumes de saison (Pas plus de deux variétés) à doser en fonction de votre faim et de vos envies. Perso, je regarde tous les mois sur un calendrier les légumes de saison, ça me permet d’utiliser des légumes auxquels  je ne pense pas toujours et de privilégier l’agriculture biologique.

Cela peut être des carottes, des asperges, du chou, du brocoli, du chou fleur, des courges, des épinards, des petits pois, du poireaux….

Du ghee ou à défaut de l’huile de coco ou d’olive qui supporte très bien la cuisson.

Du gingembre fraichement râpé (environ 1cm)

Des épices: ce qui vous plaît, ce qui vous fait envie. Je peux vous donner un exemple de ce que j’utilise le plus: bien souvent j’utilise des épices douces

  • 1/2 c à c de curcuma
  • 1/2 c à c de cumin
  • 1/2 c à de curry doux
  • 1/2 c à c de graines de coriandre
  • poivre
  • gomasio

Si vous voulez un plat plus gourmand et plus riche, ajouter des fruits secs pour un mélange sucré/salé ou des graines (tournesol, sésame, pignon de pin, courge…).

Pour plus de goûts et pour multiplier les bienfaits n’oubliez pas d’ajouter des herbes aromatiques telles que la coriandre, le persil, la menthe etc… Les herbes aromatiques sont toujours à ajouter  en fin de cuisson pour préserver la qualité des aromates.

Pour mon kitchary « express » du jour j’ai utilisé du riz basmati, des lentilles corail, du butternut et des navets. En épices je n’avais pas le temps alors j’ai directement utilisé un mélange d’épices Korma (2 c à c ) à base de coriandre, cannelle, cumin, gingembre, paprika, piment doux, cardamone, ail et girofle.

Enfin, pour la gourmandise des noix de cajou et pour donner encore plus de goût j’ai utilisée des feuilles séchées d’ail des ours.

La préparation:

Dans une sauteuse (ou un wok) faite revenir les épices et le gingembre râpé avec le ghee. Introduire le riz et les lentilles (préalablement rincés) en remuant.

Ajouter deux à trois fois le volume d’eau et laisser cuire environ 20min.Vers la fin de cuisson introduire les légumes coupés en dés ou en rondelles et prolonger la cuisson jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Pendant la cuisson, veiller à ajouter de l’eau, le kitchary ne doit pas être sec. Il me paraît important de préciser que vous pouvez ajouter aussi beaucoup d’eau afin d’obtenir un potage. Ce mélange sous forme de potage est souvent utilisé par les curistes car la consistance liquide agit sur la satiété et l’élimination.

P1040335
kitchari butternut/navets épices Korma et ail des ours