Le Tchai

J’ai découvert le tchai maison lors de ma formation en massage ayurvédique. Le mari de ma formatrice nous emmène un gros thermos de tchai systématiquement tous les matins. Le tchai ne peut pas mieux tomber pour la pause du matin.On se retrouve autour d’une table pour déguster notre thé et parler ayurvéda, c’est merveilleux! C’est un plaisir indescriptible! C’est à la fois réconfortant, revigorant et bien sûr convivial!

On trouve plein d’ortographe au mot tchai. J’ai choisi de l’écrire comme il faut le prononcer. En hindi tchai désigne « thé ». Le thé tchai désigne souvent un thé noir sucré mélangé avec du massala (mélange d’épices).

Le mélange d’épices est souvent composé de cardamone, gingembre, cannelle, anis étoilé, fenouil, clou de girofle et de poivre. Dans certains mélanges on peut trouver de la coriandre, de la muscade ou du cumin. Cette recette existe en de nombreuses variantes selon les régions et les traditions familiales.

Le tchai est une boisson Indienne incontournable, elle est servie très souvent en Inde. Le Lassi et le tchai sont les boissons traditionnelles de l’Inde. Elles sont servies à chaque coin de rue et même au fin fond du pays.

Le tchai peut se prendre au petit déjeuner pour stimuler notre organsime mais aussi au déjeuner pour la vitalité.

Le choix traditonnel pour déguster cette boisson est d’utiliser du thé noir ASSAM. Assam est un thé indien dont le nom désigne sa région de production.

Les bienfaits du tchai sont divers, ce qu’il faut retenir c’est qu’il est dynamisant et tonifiant. Il favorise la digestion (grâce à ses nombreuses épices) et il stimule le système immunitaire.

En médecine ayurvédique, cette boisson est considérée comme Sattvique, c‘est à dire qui équilibre et harmonise l’homme.

 

La recette:

POUR 1L ( 4 personnes)

600 mL d’eau

400 mL de lait végétal

1 c à s de thé noir ASSAM

3/4  de c à c rase de cumin

3/4 de c à c rase de gingembre (ou 8 lamelles de gingembre frais)

3/4 de c à c rase de cannelle (ou deux bâtons de cannelle)

3/4 de c à c rase de cardamone

4 clous de girofle

1 pincée de poivre

3 ou 4 cuillère à soupe de sucre roux selon les goûts ou du miel

Faite boullir dans une casserole de l’eau avec le thé et les épices  à découvert et pendant 5 minutes. Ajoutez le lait et laisser de nouveau frémir puis laissez boullir 2 à 3 minutes. Laissez infuser 5 minutes et filtrez.

Détox de Printemps: Un allié pour votre forme

Une détoxification profonde de l’organisme au moment des changements de saison est souhaitable. Elle permet de régénérer le corps, et d’évacuer les toxines. Un organisme chargé de déchets accumulés peut produire de nombreux symptômes:

épuisement, constipation, problèmes de digestion, prise de poids, flatulences, ballonnements, irritabilité, voir la  dépression…

Les organes émonctoires (peau, poumons, foie, rein, intestins) ont pour fonction d’évacuer les toxines. Ces organes sont sollicités en permanence (mauvaise habitude alimentaire, antibiotique, stress, métaux lourds, ondes…). Les émonctoires sont moins efficaces et à défaut les déchets sont stockés et engorgent nos tissus.

Une détoxification alimentaire facilite la tâche de ce « grand nettoyage de printemps », ainsi l’organisme se draîne et les émonctoires sont nettoyés. Pour se mettre en phase avec la saison du printemps notre organisme a besoin de s’alléger à la sortie de l’hiver. Le risque de passer à côté de ce processus naturel de détox est une accumulation de kilos et l’apparition de syndrome métabolique (Ensemble de signes physiologiques qui accroissent le risque de diabète de type 2, de maladies cardiaques et d’accident vasculaire cérébrale.)

Le renouvellement de la plupart de nos cellules dure 42 jours, c’est pourquoi je vous propose de faire cet effort pendant au moins 42 jours. En principe, même après vous devriez continuer à garder ses bonnes habitudes alimentaires : votre corps et votre esprit vous remercieront d’adopter une alimentation saine !

Dans un premier temps, je vous propose de faire un nettoyage en profondeur en utilisant la technique de la monodiète. L’organisme va puiser dans les réserves et taper dans les déchets et toxines ce qui va permettre de régénérer les tissus et les organes. De plus, la digestion est l’une des activités la plus puissante pour l’organisme, en réduisant le bol alimentaire, on s’économise et on est moins fatigué que l’on ne pense.

Vous pouvez commencer par des demi-journées (le soir vous ne consommez que l’aliment choisi pour pratiquer la monodiète). Si vous sentez que vous avez la force, vous modifiez votre petit déjeuner avec l’aliment choisi. En revanche si vous choisissez ce mode, il faut conserver un repas de midi normal. Au printemps : les petits légumes frais sont consommés seuls, cela peut être la carotte, les asperges, le cèleri, le pissenlit. Ces dernières sont des plantes dépuratives et aident l’organisme à se tonifier.

Le mieux est de consommer ses légumes frais et issue de l’agriculture biologique. Pratiquez pendant 7 à 10 jours un repas quotidien monodiète (le soir de préférence).

Vous pouvez aussi aider l’organisme à se purifier en buvant avant chaque repas principaux un jus de plante tel que le bouleau, prêle, plantain ou l’ortie bio.

Je vous recommande de commencer le printemps avec une cure de jus de bouleau durant 3 semaines en Mars, il nettoie les articulations, soutient l’immunité, et facilite l’élimination des déchets dans l’organisme. Au bout de trois semaines, votre teint sera lumineux et votre silhouette sera affinée.

Vous pouvez compléter votre cure avec du jus de citron, ces bénéfices sont multiples et vont renforcer l’action du jus de bouleau. En pratique prenez un citron biologique, coupez le en deux et dans une casserole d’eau faite le bouillir 3 minutes.

Ecraser le citron, filtrez et buvez durant toute la journée La cure se déroule sur vingt jours.

Le premier jour boire le jus d’un citron, le second jour boire le jus de deux citrons et ainsi de suite 3 ème jour boire le jus de trois citrons. Au bout de 1O jours prendre le jus de 10 citrons. Ensuite commencer à diminuer le 11 ème jour 9 citrons le 15 ème jour prendre 5 citrons puis 20 ème jour 1 citron.

Dans un deuxième temps pendant 42 jours, vous éviterez  de consommer du sucre, des graisses animales (beurre, huile, viandes, charcuterie), de l’alcool et du tabac.

Au petit déjeuner : favoriser des greens smoothie et des porridges.

Les porridges d’avoine est un excellent soutient de le thyroïde. Lors du changement de saisons, il y a des variations de température importante, la thyroïde est mise à rude épreuve car c’est elle qui règle en permanence le thermostat intérieur.

Quand le printemps arrive, la thyroïde doit aussi mener de front le déstockage des surplus de l’organisme. Face au stress permanent dans lequel on vit, cette glande peut s’emballer et peut engendrer des troubles tels que l’hyperthyroïdie puis par la suite entrainer une hypothyroïdie passagère. C’est pourquoi il est important de freiner son quotidien mais aussi de prendre soin de sa thyroïde.

En complément des porridges, vous pouvez aussi boire du jus de cassis, faire une cure de vitamine C acérola ou de ginseng. Enfin profiter des premiers rayons de soleil pour refaire votre stock de vitamine D.

Au déjeuner et diner : favoriser le céleri et l’artichaut (connu pour ses vertus purifiantes et détoxifiante) cela peut être sous forme de purée, de soupes, de salade, de jus ou à la vapeur.

Favoriser tous les légumes verts, les carottes crues, les épinards, les lentilles, les pois chiches, les céréales sous forme complète, les tisanes et boire beaucoup d’eau.

Pour aider notre estomac à récupérer, faites une cure de charbon végétal activé pendant 15 jours. Le charbon capte les toxines libérées et améliore la digestion.

Une grande partie des toxines est libérée par les reins c’est pourquoi il est important de boire au moins 1,5L d’eau par jour, les boissons détox sont aussi d’une bonne aide.

Enfin pour ce qui concerne le foie, une cure de trois semaines de gélules de radis noir ou d’artichaut peut être envisagée mais vous pouvez aussi optez pour des aliments riches en fibres et pauvres en graisse tel que le pissenlit, le radis rose, le radis noir, enfin vous pouvez boire des tisanes de chrysanthellum (3 tasses par jour pendant trois semaines)

L’axe génital du corps et les surrénales augmentent ses activités, le printemps est une période de reproduction, de construction et de restauration. Leur stimulation peuvent déclencher des inflammations au niveau du bas du dos pour soutenir l’axe génital, faites des cures de gingembre pour les femmes et boire des tisanes de sauge enfin pour les hommes faites une cure de ginseng.

Sources : Se soigner au naturel de Jean-Christophe Charrié et Marie Laure de Clermont Tonerre éditions Prat 2012

 

Le curcuma

Le curcuma ou safran des Indes est une plante herbacée, vivace qui pousse dans les pays tropicaux. Mesurant de 60 cm à 1 m de hauteur, elle est robuste. La partie qui nous intéresse, c’est la racine. C’est un rhizome comme le gingembre et le galanga. Il est récolté quand les feuilles disparaissent à la saison sèche.

Originaire d’Asie, le curcuma pousse aujourd’hui un peu partout dans le monde, du moment que le sol est riche, le climat chaud et humide. La variété la plus cultivée est le Curcuma Longa.

Il y a rarement de cuisine Indienne sans curcuma, puisqu’il s’agit d’un des éléments essentiels des currys. Au-delà de la tradition culinaire, le curcuma est une plante essentielle en ayurvéda, puisque les Hindous ont étudiés depuis des millénaires  les effets de l’alimentation sur santé.

Cette épice amère et légèrement piquante se définit comme un tonique du système digestif et un bon dépuratif sanguin. Il est aussi prescrit comme antibiotique naturel, mais aussi pour lutter contre l’asthme, le diabète, l’arthrite, les brûlures, l’anémie, et les problèmes dentaires… Enfin c’est un très bon antiseptique.

Il est aussi employé à des fins esthétiques sous forme de masque. (bientôt la recette pour un masque seras disponible)

En huile essentielle l’élément principale qui est la curcumine disparaît. La curcumine est le composant thérapeutique le plus  intéressant. Ceci dit, il  lui reste d’autres composants biochimiques favorables à la bonne santé puisqu’il agit remarquablement bien sur l’immunité et le vieillissement. L’huile essentielle (HE) de curcuma possède un arôme poivré, musqué, suave et doux. En incorporant 2 ou 3 gouttes d’HE dans vos plats, vous sublimez la saveur de vos aliments et ainsi vous remplacez le sel.

Par exemple : Pomme de Terre en purée, crêpes, riz au lait, madeleines, spécialités de fruits de mer… Il est aussi  intéressant de l’associer avec du citron vert.

Les champs d’application médicaux du curcuma s’élargissent  jour après jour. C’est un antioxydant, un anti inflammatoire, un antivirale, un antibactérien et un antifongique. Il  lutte contre les problèmes hépatiques et ralentit le développement de certaines cellules cancéreuses…

Bien entendu, les doses employées en cuisine sont trop minimes pour qu’elle agisse sur l’organisme. Mais cuisiné régulièrement (ou consommé façon lait d’or !), il imprègne l’organisme à long terme et agit en prévention. La poudre de curcuma n’a aucun effet secondaire.

La curcumine est assez mal assimilée par notre organisme. Selon la qualité du curcuma, seuls 5 à 60% de la curcumine sont absorbés par la muqueuse intestinale et passent dans le sang. Heureusement, avec l’ajout de 1% de poivre, ce pourcentage augmente.

En effet, la pipérine contenue dans le poivre booste en effet l’absorption de la curcumine de 154%. Par ailleurs, l’association de corps gras (huiles de poisson, de colza) améliore elle aussi l’assimilation de la curcumine, de même que la broméline présente dans l’ananas et le gingembre. En pratique, on remarque que  la façon de préparer les plats sautés asiatiques, indiens ou vietnamiens  permet une absorption optimale.

Pour utiliser le curcuma, je vous invite à cliquer sur le lien : le lait d’or. Prochainement je vous mettrai à votre disposition  des recettes à base de curcuma. En attendant pensez à la pâte à curcuma qui peut s’introduire dans de nombreux plats assez facilement.

Je vous propose déjà une base :

– Utilisez une matière grasse (huile de coco, sésame, olive, ghee… puis  faites revenir deux oignons dans un wok, avec de l’huile, une gousse d’ail émincée, du gingembre fraichement râpé (environ 2cm), une c à c de curcuma en poudre (ou 2cm de curcuma fraichement râpé) et une pincée de poivre.

-Ajoutez un produit plutôt d’origine végétale tel que des pois chiches, des lentilles, du quinoa (cuits au préalable) ou pour ceux qui le souhaite des viandes blanches ou poissons. Entre 100 et 150g par personne.

-Puis incorporez des légumes (petits pois, haricots, verts, choux, fenouils, potiron…) ou bien du riz. Pour ceux qui aiment l’association sucrée/salée, vous pouvez mettre à la place des légumes, des fruits comme  de la mangue ou de l’ananas. Si vous souhaitez un plat encore plus complet et gourmand, ajoutez des fruits secs ou des amandes, diverses noix, cacahuètes ou noisettes…

Pour plus de saveur  des herbes aromatiques peuvent aussi être utilisées telles que la coriandre (qui se marie généralement bien), du persil ou autres.

Source : Mes petites recettes magiques au curcuma de Pascale de Lomas.