Le Tchai

J’ai découvert le tchai maison lors de ma formation en massage ayurvédique. Le mari de ma formatrice nous emmène un gros thermos de tchai systématiquement tous les matins. Le tchai ne peut pas mieux tomber pour la pause du matin.On se retrouve autour d’une table pour déguster notre thé et parler ayurvéda, c’est merveilleux! C’est un plaisir indescriptible! C’est à la fois réconfortant, revigorant et bien sûr convivial!

On trouve plein d’ortographe au mot tchai. J’ai choisi de l’écrire comme il faut le prononcer. En hindi tchai désigne « thé ». Le thé tchai désigne souvent un thé noir sucré mélangé avec du massala (mélange d’épices).

Le mélange d’épices est souvent composé de cardamone, gingembre, cannelle, anis étoilé, fenouil, clou de girofle et de poivre. Dans certains mélanges on peut trouver de la coriandre, de la muscade ou du cumin. Cette recette existe en de nombreuses variantes selon les régions et les traditions familiales.

Le tchai est une boisson Indienne incontournable, elle est servie très souvent en Inde. Le Lassi et le tchai sont les boissons traditionnelles de l’Inde. Elles sont servies à chaque coin de rue et même au fin fond du pays.

Le tchai peut se prendre au petit déjeuner pour stimuler notre organsime mais aussi au déjeuner pour la vitalité.

Le choix traditonnel pour déguster cette boisson est d’utiliser du thé noir ASSAM. Assam est un thé indien dont le nom désigne sa région de production.

Les bienfaits du tchai sont divers, ce qu’il faut retenir c’est qu’il est dynamisant et tonifiant. Il favorise la digestion (grâce à ses nombreuses épices) et il stimule le système immunitaire.

En médecine ayurvédique, cette boisson est considérée comme Sattvique, c‘est à dire qui équilibre et harmonise l’homme.

 

La recette:

POUR 1L ( 4 personnes)

600 mL d’eau

400 mL de lait végétal

1 c à s de thé noir ASSAM

3/4  de c à c rase de cumin

3/4 de c à c rase de gingembre (ou 8 lamelles de gingembre frais)

3/4 de c à c rase de cannelle (ou deux bâtons de cannelle)

3/4 de c à c rase de cardamone

4 clous de girofle

1 pincée de poivre

3 ou 4 cuillère à soupe de sucre roux selon les goûts ou du miel

Faite boullir dans une casserole de l’eau avec le thé et les épices  à découvert et pendant 5 minutes. Ajoutez le lait et laisser de nouveau frémir puis laissez boullir 2 à 3 minutes. Laissez infuser 5 minutes et filtrez.

Le gingembre

Le gingembre est originaire d’Asie. C’est une petite plante de la famille des Zingibéracées pouvant atteindre jusqu’à 1,50. Ces feuilles sont en forme de lance.Le rhizome est la partie consommée. Sa chair est jaune pâle, juteuse et parfumée. Elle devient de plus en plus fibreuse avec l’âge. Les rhizomes récoltés sont valables 2 à 3 mois.

Le gingembre fut l’une des premières épices orientales commercialisée dans le bassin méditerranéen.

C’est une épice très employée en cuisine :

-En Inde dans les plats de curry, il entre dans la composition du thaï

Au Japon, elle est utilisée pour rafraîchir le palais entre les bouchées de sushis

En Chine pour couvrir les odeurs et saveurs fortes comme celle des fruits de mer

L’huile essentielle de gingembre est appréciée en aromathérapie pour ses propriétés digestives, plus particulièrement pour les digestions lentes ou sujettes à la constipation.

Le gingembre a des propriétés stimulantes et toniques qui contribuent à mieux résister à la fatigue.

L’OMS reconnait cliniquement justifié l’usage du gingembre dans la prévention des nausées et des vomissements dû au mal des transports, ainsi que ceux liés à une intervention chirurgicale ou à la grossesse.

Elle reconnaît comme traditionnel son usage dans le traitement des troubles digestifs, de rhume et de grippe, de perte d’appétit, comme anti inflammatoire dans les migraines mais aussi contre les douleurs musculaires ou articulaires.

Le gingembre possède des propriétés anti oxydantes remarquables. Les antioxydants luttent dans le développement des maladies cardio-vasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

En cuisine et médecine ayurvédique ce rhizome est fréquemment utilisé, on le retrouve par exemple dans ce mélange:

Le TRIKATU (ou trois piquants) est une formulation ayurvédique pour les personnes ayant un feu digestif faible, il améliore le transit intestinal et réduit les brûlures d’estomac.

Il est conseillé pour les personnes de tempérament Kapha en revanche les personnes de constitutions Vata ou Pitta devront éviter.

Elle associe à part égale le gingembre, le poivre noir et le poivre long.

Le thé thaï est composé de thé noir, de poivre noir, bâton de cannelle, clou de girofle, de gingembre, cardamone et de lait. Cette boisson est considérée comme sattvique (qui apporte la joie et l’harmonie).

Plus généralement le gingembre doit être consommé frais pour les personnes de constitution Vata et Pitta car sa forme fraîche est moins piquante et moins assechante. Les personnes de constitution Kapha peuvent utiliser les deux formes.

Il sera un véritable allié pour les personnes ayant un déséquilibre de type Vata tels que les crampes abdominales, gaz et l’arthrite. L’action du gingembre est bon pour les affections Kapha tel que la toux, les rhumes, les vomissements et les nausées…

On peut aussi utiliser le gingembre sous forme d’infusion froide (entre 0,5 et 1cm) ou dans vos détox water (son action chauffante dilate les canaux et liquéfie les toxines pour une meilleure élimination), elle peut être associée à d’autres plantes douces ou rafraichissantes pour équilibrer son effet chauffant (menthe douce, fenouil, lavande, pétale de rose, pissenlit…).

Sources : Ayurvédic Garden de Raphael Titina / Ayurvéda France.org

 

Le curcuma

Le curcuma ou safran des Indes est une plante herbacée, vivace qui pousse dans les pays tropicaux. Mesurant de 60 cm à 1 m de hauteur, elle est robuste. La partie qui nous intéresse, c’est la racine. C’est un rhizome comme le gingembre et le galanga. Il est récolté quand les feuilles disparaissent à la saison sèche.

Originaire d’Asie, le curcuma pousse aujourd’hui un peu partout dans le monde, du moment que le sol est riche, le climat chaud et humide. La variété la plus cultivée est le Curcuma Longa.

Il y a rarement de cuisine Indienne sans curcuma, puisqu’il s’agit d’un des éléments essentiels des currys. Au-delà de la tradition culinaire, le curcuma est une plante essentielle en ayurvéda, puisque les Hindous ont étudiés depuis des millénaires  les effets de l’alimentation sur santé.

Cette épice amère et légèrement piquante se définit comme un tonique du système digestif et un bon dépuratif sanguin. Il est aussi prescrit comme antibiotique naturel, mais aussi pour lutter contre l’asthme, le diabète, l’arthrite, les brûlures, l’anémie, et les problèmes dentaires… Enfin c’est un très bon antiseptique.

Il est aussi employé à des fins esthétiques sous forme de masque. (bientôt la recette pour un masque seras disponible)

En huile essentielle l’élément principale qui est la curcumine disparaît. La curcumine est le composant thérapeutique le plus  intéressant. Ceci dit, il  lui reste d’autres composants biochimiques favorables à la bonne santé puisqu’il agit remarquablement bien sur l’immunité et le vieillissement. L’huile essentielle (HE) de curcuma possède un arôme poivré, musqué, suave et doux. En incorporant 2 ou 3 gouttes d’HE dans vos plats, vous sublimez la saveur de vos aliments et ainsi vous remplacez le sel.

Par exemple : Pomme de Terre en purée, crêpes, riz au lait, madeleines, spécialités de fruits de mer… Il est aussi  intéressant de l’associer avec du citron vert.

Les champs d’application médicaux du curcuma s’élargissent  jour après jour. C’est un antioxydant, un anti inflammatoire, un antivirale, un antibactérien et un antifongique. Il  lutte contre les problèmes hépatiques et ralentit le développement de certaines cellules cancéreuses…

Bien entendu, les doses employées en cuisine sont trop minimes pour qu’elle agisse sur l’organisme. Mais cuisiné régulièrement (ou consommé façon lait d’or !), il imprègne l’organisme à long terme et agit en prévention. La poudre de curcuma n’a aucun effet secondaire.

La curcumine est assez mal assimilée par notre organisme. Selon la qualité du curcuma, seuls 5 à 60% de la curcumine sont absorbés par la muqueuse intestinale et passent dans le sang. Heureusement, avec l’ajout de 1% de poivre, ce pourcentage augmente.

En effet, la pipérine contenue dans le poivre booste en effet l’absorption de la curcumine de 154%. Par ailleurs, l’association de corps gras (huiles de poisson, de colza) améliore elle aussi l’assimilation de la curcumine, de même que la broméline présente dans l’ananas et le gingembre. En pratique, on remarque que  la façon de préparer les plats sautés asiatiques, indiens ou vietnamiens  permet une absorption optimale.

Pour utiliser le curcuma, je vous invite à cliquer sur le lien : le lait d’or. Prochainement je vous mettrai à votre disposition  des recettes à base de curcuma. En attendant pensez à la pâte à curcuma qui peut s’introduire dans de nombreux plats assez facilement.

Je vous propose déjà une base :

– Utilisez une matière grasse (huile de coco, sésame, olive, ghee… puis  faites revenir deux oignons dans un wok, avec de l’huile, une gousse d’ail émincée, du gingembre fraichement râpé (environ 2cm), une c à c de curcuma en poudre (ou 2cm de curcuma fraichement râpé) et une pincée de poivre.

-Ajoutez un produit plutôt d’origine végétale tel que des pois chiches, des lentilles, du quinoa (cuits au préalable) ou pour ceux qui le souhaite des viandes blanches ou poissons. Entre 100 et 150g par personne.

-Puis incorporez des légumes (petits pois, haricots, verts, choux, fenouils, potiron…) ou bien du riz. Pour ceux qui aiment l’association sucrée/salée, vous pouvez mettre à la place des légumes, des fruits comme  de la mangue ou de l’ananas. Si vous souhaitez un plat encore plus complet et gourmand, ajoutez des fruits secs ou des amandes, diverses noix, cacahuètes ou noisettes…

Pour plus de saveur  des herbes aromatiques peuvent aussi être utilisées telles que la coriandre (qui se marie généralement bien), du persil ou autres.

Source : Mes petites recettes magiques au curcuma de Pascale de Lomas.