La méditation au cœur de la pratique du yoga

La méditation c’est une pratique qui vise à produire la paix intérieure et de faire le vide de l’esprit. Il s’agit d’entrer pleinement dans l’instant présent et de se mettre en contact avec soi-même. Elle permet une relaxation du mental en assurant un apaisement progressif.

Christophe André définit la méditation comme « apprendre inlassablement à laisser décanter le tumulte de nos états d’âme et le bavardage de l’esprit.. »

En effet, notre mental est sans cesse agité et distrait par le monde extérieur. Il est très difficile de ne pas penser. Méditer demande un effort de volonté, de vigilance pour maintenir son attention. La concentration est un élément clef et indispensable à une bonne relaxation.

Les techniques de méditation sont très diverses mais le but en reste inchangé. Il y a la méditation de pleine conscience, la méditation transcendantale, l’EFT (emotional freedom technique), la méditation Vipassana etc…

La méditation peut être désignée par d’autres appellations : relaxation, concentration, suspension des processus de pensées rationnelles et logiques, maintien de l’observation de soi.

Plusieurs techniques vont être utilisées, la méditation va inviter la personne méditant à se concentrer sur un foyer d’attention afin de stabiliser le mental :

  • Une zone corporelle spécifique, ou le déplacement d’une zone à une autre (par exemple : la phase de Schulz utilisée en relaxation lors des séances de Yoga)
  • Le vide de tout concept (méditation sans support)
  • Une perception précise
  • Un objet spécifique présélectionné profane ou religieux (utilisation d’un mala par exemple)
  • Un concept inspirant la paix (un mantra)
  • Le souffre (le pranayama)
  • Le son …

Il est possible de se relaxer en quelques minutes, mais cette détente est encore meilleure si elle est suivie  d’une séance de yoga. En Hatha Yoga, les postures et les respirations sont maintenues pour élever l’énergie spirituelle, c’est la KUNDALINI qui monte par les centres d’énergie, les chakras. Cela peut être aussi la visualisation d’une forme, d’une image, la dévotion à une déité (BHAKTI-YOGA). La production de sons par la répétition d’un mantra (JAPA YOGA).

Les bienfaits de la méditation sont nombreux. Un méditant va développer ses capacités d’attention, et de concentration et de ce fait ils seront plus agiles mentalement. La méditation permet d’être moins enclin à la colère, à l’anxiété et à la dépression. Les méditants sont plus calmes, plus doux, plus bienveillants, plus sociables et ont une meilleure qualité de sommeil.

Elle stimule Ajna (centre de l’équilibre), le Chakra au milieu du cerveau (qui apporte harmonie intérieure).

La méditation calme le système nerveux qui est détendu et se régénère. Le système hormonal se régule et le rythme cardiaque ralentit. Toutes les tensions internes et externes s’effacent. La récupération qui en résulte est toujours rapide et supérieure au sommeil.

Les trois niveaux de relaxation en yoga (ou méditation)  font référence au yoga sutra de Patanjali. La méditation (dhyana) est une pratique spirituelle pour résorber les fluctuations de l’esprit :

  • Pendant la relaxation physique, des messages sont envoyés aux muscles fatigués. Des contractions brèves des zones musculaires permettent de prendre conscience des tensions et, lors du relâchement, laisse s’installer une détente encore plus profonde. Mentalement des ordres de détente sont envoyés aux muscles qui se relâchent.
  • Pendant la relaxation mentale le yoga propose de respirer lentement et régulièrement quelques minutes en ne pensant à rien d’autre qu’à goûter et observer l’état de détente intérieure et sa respiration. La conscience est alors centrée sur le moment présent et ne se laisse plus atteindre par les soucis et autres tracas.
  • La relaxation de l’esprit (ou spirituelle) est l’état le plus profond, dans lequel on perd la notion du temps et de l’espace. C’est un moment très agréable, proche du sommeil, qui permet une régénération profonde.

C’est l’avant dernière étape des huit membres nommé l’astanga-yoga:

DHYANA: La méditation, comtemplation est le flux ininterrompu de concentration. C’est un état de pleine conscience sans concentration. L’esprit est apaisée et dans ce silence, il produit peu ou pas de pensées. La force et l’endurance que requiert cet état de quiétude sont impressionnante.

L’étape suivante est la contemplation SAMADHI, c’est-à-dire l’état d’union avec le dieu personnel et l’absorption dans l’absolu.

Pour atteindre la connaissance de soi et la liberté, le yoga structure la méditation sur 3 niveaux selon un ordre chronologique :

-la méditation avec support : c’est la méditation la plus proposée (détaillée plus haut). Quand on est débutant, il faut commencer par celle-ci. Le point culminant de cette méditation est appelée le Sabija-Samadhi : c’est la connaissance totale de la première couche de notre être.

-la méditation sans support : Il n’y a pas de forme, de symbole c’est le néant. Le bouddha l’a appelé le vide. Les grands maîtres sont en accord pour dire que cette méditation est dangereuse pour la structure de la personnalité si celle-ci n’a pas été préalablement affiné et développé grâce à l’extérieure antérieur du Sabja Samadhi.

Dans le vide, il n’y a rien  de connu, il n’y a pas de conscience, c’est le Purusha (pure conscience originelle). L’observation du NIRBIJA SAMADHI est une expérience bouleversante. Les trois gunas (voir article) n’apparaissent plus.

Les étapes sont les mêmes de tous temps et pour tous les yogis, cet deux états vu précédemment provient d’une technique longuement approfondie.

-la méditation active : C’est l’art d’être en yoga, dans l’action, dans le mouvement de la vie.

Au cours de la concentration, pendant le parcours méditatif, les premières pensées à apparaître sont des ensembles d’images et de pensées superficielles sans intérêt. Ces vagues de pensées et d’images peuvent être tellement importantes que cela peut vous décourager et vous faire culpabiliser. C’est normal mais il ne faut pas vous en faire, simplement laisser les passer et revenir sur votre concentration. Plus vous pratiquerez plus votre concentration s’allongera pendant ces instants méditatifs.

Pendant le parcours  méditatif avec support, il peut y avoir deux phases qui sont sources de confusion. Elles arrivent avant d’atteindre le Samadhi.

-Manoman : c’est le vide du contenu mental, rien que du mental. L’espace intérieur est libre de toute pensée, de toute image, mais la conscience de l’égo est toujours là.

– Shunya : Avant l’accès au Samadhi, nous ne sommes plus conscients de nous-même, ni du temps, ni de l’espace. Cela peut durer des dizaines de minutes et nous en ressortons sans comprendre ce qu’il s’est passé et sans savoir si nous avons dormis ou pas. C’est le Samadhi inconscient.

On peut rencontrer certaines difficultés à méditer lorsque nous sommes fatigués mais aussi quand on change sans cesse d’objectifs et de supports.

La posture doit être la plus confortable possible, ce n’est pas une épreuve de volonté. Pour ceux qui débutent, je conseille de vous mettre en Savasana (la posture du cadavre), ainsi le corps restera plus facilement immobilisé sans gêne. La méditation ne sera pas efficace s’il y a une  quelconque mobilité pendant cette pratique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s