Procrastiner

Qui  n’a jamais repoussé au lendemain  des actions qui auraient pu être faites le jour même ?  Je ne savais même pas ce que voulait dire ce terme quand je suis tombée dessus, Procrastiner?  Et quand bien même j’étais étonnée qu’il existe un terme pour définir « d’avoir la flemme » ! En réalité ce terme ne désigne pas que les gens qui ne veulent pas se mettre au travail. On peut être actif tout en repoussant l’action qui rebute. Ainsi un individu lambda peut faire le plein d’action dans la journée mais qui ne concerne pas de rapport avec la tâche problématique.

Ça peut être des actions répétitives comme des actions longues à effectuer que l’on repousse au lendemain comme le célèbre « je n’ai pas envie de faire la vaisselle » à « il faut absolument que je me mette au sport ».

La procrastination est de plus en plus importante et fréquente chez nous, francophone.

On se met souvent la barre haute. On se met plein d’idée en tête. On souhaite toujours plus que ce que l’on possède. Nous sommes  dans une société avec des normes qu’on souhaite la plupart du temps respecter enfin nous avons pleins de signaux contraires qui nous ralentissent et nous dévient facilement de nos objectifs (Smartphones et compagnie).

Je pense également que nous sommes souvent déborder, mais également de plus en plus anxieux et en situation de stress. La procrastination peut être aussi employée car  c’est une action qui nous fait peur ou parce que l’on sait que ça va nous mettre en difficulté.  Alors pourquoi se mettre d’autres obstacles contrariant sur notre route ? Parfois procrastiner est un BESOIN. Procrastiner devient donc un moyen de défense, un moyen de fuite.

On pense que repousser au lendemain nos actions est la meilleure façon de nous alléger mais en fait c’est tout le contraire.

Nous allons plutôt entretenir un manque de confiance en soi et augmenter le risque d’être anxieux à un moment donné. On entretient un sentiment d’impuissance et d’émotion négative.

Pour donner un exemple voici le mien :  je me souviens d’une année où j’avais ma fille en bas âge à m’occuper, une maison à entretenir, un travail à assurer, je souhaitais faire beaucoup de sport et toujours faire de la bonne cuisine. Alors j’ai réussis dans un premier temps  et après c’est vite devenu une habitude, une routine et je me disais souvent que je me reposerais pendant les vacances ou le weekend. Oui mais j’ai toujours repoussé et  je ne l’ai jamais fait. En fin de compte cela  a conduit à un épuisement. J’appartenais à la deuxième catégorie de procrastination,  j’étais prise par une frénésie d’activité mais je m’éloignais toujours plus de l’action que je devais alors effectuer : me reposer.  Ainsi si je me reposais je savais que cela  allait me remettre bien en phase avec  la réalité, ce que, inconsciemment je ne voulais pas…

Et vous avez aussi des exemples je pense ?  Qui n’a jamais ajourné des tâches comme le ménage ou les appels à la famille, les rendez-vous médicaux, les factures à payer, la déclaration d’impôts, les cadeaux de Noël ou d’anniversaire, le simple fait de jouer avec son enfant , ou bien de vivre l’instant présent ?

Au travail ? Un échec dans les études parce que procrastiner était plus facile ?  Et nos enfants n’auraient-il pas tendance à faire comme nous ?

Je tiens tout de même à vous faire remarquer parfois de l’importance de procrastiner. Comme toujours  il faut trouver un juste équilibre. Bien évidemment , si il y a quelque chose de plus important à faire avant la tâche que vous procrastinez, il faut prioriser l’autre. Le tout est d’en prendre conscience et de faire cette action dès que le moment se présente.

Voici une liste de règles à suivre  pour cesser de procrastiner :

-Faire une liste des tâches à réaliser

-Commencer simple

-Utiliser des starters

-Découper les grosses tâches en plus des  petites

-Ne pas oublier de se faire violence

-Se donner un temps imparti pour chaque tâche

-éviter toute source de distraction

-Ne pas se donner trop d’objectif difficile à atteindre

-Se donner du courage, sortir de sa zone de confort pour l’élargir

-Se récompenser à chaque fin d’étape

-Bloquer une heure systématiquement par semaine pour vous consacrez à un projet qui vous tient à cœur (ce temps peut être pris sur le temps passé sur les réseaux sociaux par exemple…)

©2017JustineMorville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s